Présentation

    Jean-Baptiste Boiteux - 37 ans travaille et vit à Paris. Diplômé de l’école nationale supérieure des beaux-arts (Ensba) de Paris en 2004, il forme avec Estera Tajber et Nikolas Polowski, également diplômés de cette école, Oxo-Factory, groupe d’artistes multi-disciplinaires. Il participe dans ce cadre à divers projets artistiques (performances, vidéo, installations, dispositifs interactifs) lors de nombreuses manifestations culturelles ; Les Nuits Blanches à Paris en 2004, Audio Art festival de Cracovie (Pologne) en 2005 et 2007, Journées européennes du patrimoine dans les jardins de l’Elysée en 2009, Jeunes Créations au 104 (Paris) en 2010.

     En 2011, il reprend le chemin de l’atelier pour revenir vers le dessin sans pour autant laisser de côté les sujets qui l’ont toujours animé - les gens, le groupe, la foule et la singularité de chacun à voir le monde.

 

      Taraudé, possédé par un irrésistible attrait pour l’humain, l’accumulation, la foule ; une énergie vitale déjà à l’oeuvre dans ses précédentes installations, le voici entrainé, happé par un trait fulgurant, spontané voire debridé, qui le conduit, à son insu, sur une trajectoire hors de lui et révèle un enchainement de visages inconnus. Inconnus ?

       Remontant à la surface d’un certain intérieur, terrain vague encore à défricher, ces rencontres successives toujours le surprennent, le saisissent, parfois l’agressent, parfois le consolent. Ses personnages ne s’empruntent rien les uns aux autres. Ils surgissent de presque nulle part. Chacun distinct, isolé par son contour, aéré, rarement fermé. Contour qui les installe dans un courant d’âmes, le sien, dès lors essence même de leur existence. Figés, semble-t-il, mais toujours évoluant dans leur rapport à l’autre. Nulle répétition. Une ressemblance, certes. Le terrain vague n’est pas vierge. Pour autant, il ne s’agit pas que d’un exutoire.

       Jean-Baptiste Boiteux procède à une préparation rigoureuse. Il se fixe des contraintes très précises quant à la technique (medium, format, support) qui va identifier chaque population. Processus libérateur pour leur mise en oeuvre. Le nombre des figures qui les constitue varie d’un millier à une poignée.

       La mise en place adoptée a pour vocation d’inciter celui qui regarde à faire connaissance, à s’interroger en interrogeant chaque quidam. Qui est-il, d’où vient-elle?
L’artiste met en place un jeu avec l’art, face à l’art. Jean-Baptiste Boiteux attend de nous, de notre regard, une réaction, quelle qu’elle soit, Il nous attend comme l’une de ses figures. Ces inconnus qui nous font face. Qui est qui ?

       Se donner vie par le regard.

Facebook LinkedIn share Follow Comment